CONSTRUIRE L'AVENIR ENSEMBLE
 

30/06/2015

envoi d'Anne Marie M.

Photo of Joseph E. Stiglitz

L'Europe contre la démocratie grecque

NEW YORK – La dispute et l'acrimonie qui vont croissantes au sein de l'Europe pourraient passer aux yeux d'un observateur extérieur pour le résultat inévitable de la fin de partie peu amène entre la Grèce et ses créanciers. Les dirigeants européens finissent par exposer au grand jour la véritable nature du conflit autour de la dette grecque, et cela n'a rien de plaisant : il s'agit bien plus une question de pouvoir et de démocratie que d'argent et d'économie.
Le programme économique que la troïka (la Commission européenne, la Banque centrale européenne et le FMI) a imposé à la Grèce il y a cinq ans était une aberration. Il a conduit à une baisse de 25% du PIB du pays. Je ne connais aucune dépression qui ait été provoquée aussi délibérément et ait eu des conséquences aussi catastrophiques. Ainsi le taux de chômage parmi les jeunes Grecs dépasse maintenant 60%.
Il est incroyable que la troïka nie toute responsabilité et refuse d'admettre à quel point ses prévisions et ses modèles étaient erronés. Mais il est encore plus surprenant que les dirigeants européens n'aient retenu aucun enseignement de tout cela. La troïka continue à exiger de la Grèce qu'elle parvienne à un budget primaire en excédent (hors paiement des intérêts de la dette) de 3,5% du PIB en 2018.
Partout dans le monde les économistes condamnent cet objectif comme punitif, car il ne peut que ralentir encore l'économie. Même si la dette de la Grèce était restructurée au-delà de tout ce que l'on peut imaginer, elle resterait en dépression si les électeurs acceptent les propositions de la troïka lors du référendum surprise qui aura lieu dimanche.
Peu de pays ont réussi à transformer un important déficit primaire en un excédent budgétaire comme l'ont fait les Grecs au cours des cinq dernières années. Et bien que le prix à payer en matière de souffrance humaine ait été extrêmement élevé, les dernières propositions du gouvernement grec constituent un grand pas en avant pour répondre aux exigences de ses créanciers.
Soyons clair : seule une très faible partie des énormes sommes d'argent prêtées à la Grèce lui étaient réellement destinées. Elles ont servi à rembourser les créanciers privés, notamment des banques en Allemagne et en France. La Grèce n'a reçu que des miettes, mais  elle a payé le prix fort pour préserver les systèmes bancaires de ces pays. Le FMI et les autres créanciers "officiels" n'ont pas besoin de l'argent qu'ils réclament. Dans une situation classique, ils se contenteraient de l'utiliser pour faire un nouveau prêt à la Grèce.
Mais ce n'est pas une question d'argent. Il s'agit en réalité d'utiliser les dates limites pour contraindre la Grèce à lever le pouce et à accepter l'inacceptable : non seulement l'austérité, mais d'autres mesures régressives et punitives.
Pourquoi l'Europe fait-elle cela ? Pourquoi les dirigeants de l'UE s'opposent-ils à la tenue du référendum et refusent-ils même de reculer de quelques jours la date limite du 30 juin fixée pour le prochain remboursement de la Grèce au FMI ? L'Europe n'est-elle pas avant tout une affaire de démocratie ?
En janvier, les citoyens grecs ont élu un gouvernement qui s'est engagé à mettre fin à l'austérité. Si ce gouvernement voulait simplement tenir ses engagements de campagne, il aurait déjà rejeté la proposition des créanciers. Mais il veut donner aux Grecs l'occasion d'intervenir sur cette question cruciale pour l'avenir de leur pays.
Ce souci de légitimité est incompatible avec la politique de la zone euro qui n'a jamais été un projet très démocratique. La plupart des Etats membres n'ont pas cherché l'approbation de leurs citoyens pour remettre la souveraineté monétaire de la zone entres les mains de la BCE. Quand la Suède l'a fait, les Suédois ont dit Non. Ils ont compris que le chômage augmenterait si une banque centrale concernée uniquement par le taux d'inflation (et qui ne porterait pas l'attention voulue à la stabilité financière) décide de la politique monétaire du pays. L'économie souffrirait parce que le modèle économique sur lequel repose la zone euro est basé sur des relations de pouvoir qui désavantagent les travailleurs.
Il n'est donc pas surprenant que 16 ans après que la zone euro ait institutionnalisé ces relations, c'est l'antithèse de la démocratie qui est à l'oeuvre. Beaucoup de dirigeants européens veulent la fin du gouvernement de gauche du Premier ministre Alexis Tsipras. A leurs yeux il est inacceptable d'avoir en Grèce un gouvernement qui refuse une politique qui a tant fait pour augmenter les inégalités dans nombre de pays avancés et qui veut limiter le pouvoir de l'argent. Ils pensent qu'ils pourront se débarrasser du gouvernement de Tsipras en l'obligeant à accepter un accord en contradiction avec son mandat.
Il est difficile de donner un conseil aux Grecs  pour le vote de dimanche. Dire Oui ou Non aux exigences de la troïka n'est pas chose facile, et tant l'approbation que le rejet sont porteurs d'énormes risques. Le Oui signifierait une dépression presque sans fin. Peut-être un pays dépouillé de tout (un pays qui a vendu tous ses actifs et dont la jeunesse prometteuse émigre) obtiendra-t-il finalement l'annulation de sa dette ; peut-être étant devenu un pays à revenu moyen, la Grèce va-t-elle finalement obtenir l'aide de la Banque mondiale. Cela pourrait se produire au cours de la décennie prochaine, ou de la suivante.
Par contre un Non permettrait au moins à la Grèce, avec sa forte tradition démocratique, de prendre son destin en main. Les Grecs pourraient alors dessiner leur avenir, qui même s'il n'était pas aussi prospère que le passé, sera bien plus porteur d'espoir que la torture invraisemblable qui leurs est imposée aujourd'hui.
Je sais comment je voterais…

29/06/2015

elle arrive

canicule ?

chaleur danger

Alternative Citoyenne a un nouveau président



Anthony PITALIER 22 %des suffrages 
 Le C.A. d'Alternative Citoyenne s'est réuni aujourd'hui pour élire un nouveau président.
Serge Billig  ayant été sollicité pour une mission dans le monde  sportif  passe le relais .
C'est donc  un jeune ;  Anthony Pitalier qui a accepté de reprendre le flambeau .
Une A.G est prévue dès la rentrée.



"Un bel après-midi à La Tranche sur Mer où j'ai eu l'honneur de remettre les prix aux compétiteurs du Raid La Tranche/Ile de Ré. Antoine Albeau, 22 fois champion du monde dans différentes disciplines de planche à voile, a remporté une nouvelle fois la compétition organisée par le Centre Nautique Tranchais. 26 minutes pour faire la traversée La Tranche/Les Portes en Ré, plus vite que par la terre! Bravo à tous les sportifs et aussi et surtout aux bénévoles du CNT pour cette belle organisation. Mon ami Anthony Pitalier, élu au Pays des Olonnes, m'accompagnait. Il faut parfois changer de plage!!"

danse vendredi 3 juillet à 21h aire des vallées château d'olonne

M Bira, 3 juillet DANSE Moderne Jazz
Vendredi 3 juillet, 21 h, Scène des Vallées


"M'Bira est une compagnie de danse amateur créée en 2004 par Céline Suaudeau, professeur de danse au Pays des Olonnes. 
Elle est composée de douze danseuses de 20 à 35 ans. 
Dans des univers chorégraphiques différents, elles travaillent chaque année sur une nouvelle création "
 Cette année  M'Bira vous présente: Placid blue et Au bord des mondes.


 Les intermèdes seront assurés par les ateliers chorégraphiques des      Amis de la danse.

28/06/2015

quelques actions cette semaine

Permalien de l'image intégrée
rèunion à Jard sur mer
le printemps de la Laïcité


Résultat de recherche d'images pour "allocation universelle" 
Allocation universelle: la Finlande fait le test!


 Un revenu de base, qui remplace les allocations sociales et s’ajoute au salaire de ceux qui travaillent, versé sans condition à tous les citoyens pour couvrir ses besoins essentiels? La mesure a pour objectif secondaire de permettre à tous de s’investir dans les projets qu'ils choisissent (soins aux enfants, aux personnages âgées, vie associative, participation citoyenne).


une première ....le climat défendu par un tribunal !


 

http://www.reporterre.net/Une-decision-historique-un-tribunal-neerlandais-impose-a-l-Etat-d-agir-contre

Historique!"« Il s’agit d’un jugement révolutionnaire pour la lutte des écologistes », selon Faiza Oulahsen, de Greenpeace Pays-Bas. « Le tribunal néerlandais a été très clair : le gouvernement est obligé par la loi de protéger ses citoyens face aux menaces liées au climat. Maintenant ces actions vont se multiplier dans le monde. Les politiciens qui se retrouveront en décembre à Paris devraient tenir compte de cette sentence. »

pour tordre le cou aux ragots


 Professeur des écoles est la 10ème profession la moins bien payée en France http://www.alternatives-economiques.fr/revenus-et-patrimoine--la-france-populaire-trinque_fr_art_1365_72639.html

c'est vrai qu'avec la crise qui dure ..les inégalités se creusent ...pour certaines familles nettement moins aisées !

Océan festival du 28 juin


Et toujours  d(actualité ...la course des bateaux en cartons...et cette année..ils ont  fort bien résisté  .nous privant d'une franche rigolade 
mais quel fun !

26/06/2015

avec toutes mes excuses !

Résultat de recherche d'images pour "oups"

les nouvelles sont envoyées au compte gouttes car l'ordi de la script est resté !!!!
à Paris 
avec vos  adresses
j'ai donc bricolé un chouia ....
tout va rentrer dans l'ordre
mes petits loups ne vont pas tarder à débarquer ici 
martine


Je rappelle que ce lundi 29 juin salle des sports
 à18h30 réunion Alternative citoyenne
19h préparation conseil municipal

23/06/2015

danger !

 Résultat de recherche d'images pour "magnétiseurs danger !"


http://www.sudouest.fr/2015/06/19/magnetiseur-il-s-est-cru-medecin-1956630-3603.php




Professeur Gilles-Eric Seralini, en 2013 à Bruxelles. © JOHN THYS / AFP


Lorsqu'il a publié son étude tonitruante en 2012 sur la toxicité des OGM sur les rats, ses détracteurs lui avaient rétorqué que les rats présentaient naturellement des tumeurs mammaires et que son étude ne prouvait rien du tout. Alors, le professeur caennais a voulu comprendre pourquoi ces animaux de laboratoire sont prédisposés à développer de nombreuses pathologies :
  •  13 à 71% des animaux eux présenteraient spontanément ou naturellement des tumeurs mammaires
  •  26 à 93% des tumeurs hypophysaires
  •  Le fonctionnement des reins de ces animaux serait fréquemment déficient.
L’origine de ces pathologies est-elle génétique ou bien relève-t-elle de l’influence de l’environnement ? la suite :
http://france3-regions.francetvinfo.fr/basse-normandie/2015/06/18/nouvelle-etude-de-ge-seralini-les-tests-de-laboratoire-sont-fausses-750233.html

non aux cochons du Poiroux


Bonjour,
Le collectif "Non à l'usine à cochons de Poiroux" organise un rassemblement le vendredi 26 juin 2015 à partir de 17H00 devant la préfecture de La Roche sur Yon afin de remettre les pétitions au préfet.
Puis prise de parole, suivie d'un pique-nique et de concerts dans le jardin F Mitterrand.
Afin d'être très nombreux pour dénoncer ce projet destructeur,
Diffusez l'information, utilisez vos réseaux.
- ce mail.
- le lien vers le site du collectif:  http://www.porcherie-poiroux.fr/2015/06/remise-des-petitions-a-la-prefecture/ . Lisez les dernières actualités.

Venons nombreux ! n'oublions pas notre pique-nique.
Voir en PJ l'affiche

15/06/2015

à étudier !

150945_389687381063337_259020383_n

round up et round OUT !
















le battement d'aile d'un papillon ..évolution .....


certains les ont nommés parti des" ripoublicains "! on se demande bien pourquoi !


petit rappel pour le respect de la piste cyclable ..et du cycliste ! bon d'accord c'est à Paris ...mais ici ?


10/06/2015

la réserve citoyenne et la ligue de l'enseignement



DSC_0063Najat Vallaud-Belkacem, ministre de l’Education nationale et la Ligue de l’enseignement, mouvement d’éducation populaire, complémentaire de l’éducation publique, ont signé ce mardi à Paris une convention d’ambassadeurs de la réserve citoyenne.

Tafta



TAFTA/TIPP: report du vote en plénière au Parlement Européen

Le vote de la Commission du commerce international sur la résolution (1) controversée portant sur le Partenariat de commerce et d’investissement entre l’UE et les États-Unis (TTIP/TAFTA) avait eu lieu le 28 mai. Le ralliement des députés socialistes à la position pro-ISDS des conservateurs et libéraux a permis que la résolution soit adoptée à une large majorité. La prochaine étape décisive était le vote en plénière le 10 juin.
De nombreuses organisations (dont le collectif Stop-TAFTA dont est membre Générations Futures) et élus ( – dont Y. Jadot) avaient appelé les citoyens à se mobiliser et interpeller leurs élus pour leur demander de voter un amendement contre cet ISDS  et hier coup de théâtre! Faute de soutien suffisant, le Président du Parlement Martin Schulz et le rapporteur Bernd Lange, avec l’approbation du groupe PPE (libéraux), ont décidé hier de repousser le vote de cette résolution controversée.
Même si il s’agit d’une première historique : c’est la première fois que le vote d’une résolution de ce type est ajourné faute d’accord politique, la prudence et vigilance restent de mise. Il est probable que les nombreuses tensions et les désaccords, ainsi que le dépôt de très nombreux amendements et la forte mobilisation anti-ISDS / TAFTA / TIPP en soient la cause. Mais ce n’est qu’une étape : les négociations doivent être abandonnées ! La campagne Stop TAFTA le rappellera dès ce matin à Strasbourg lors d’un rassemblement à 8H30 sur l’esplanade face au parlement européen.

Alternatiba : envoi de Bernadette

Résultat de recherche d'images pour "alternatiba"

Appel à participer aux 5 derniers km
et à l'arrivée de l'étape des Sables d'Olonne
Une des plus importantes mobilisations citoyennes sur le climat de cette année 2015 arrivera le 3 septembre aux Sables d'Olonne.
Il s'agit du Tour Alternatiba, un périple long de 5600 km, parti le 5 juin de Bayonne et qui doit arriver le 26 septembre à Paris, ville devant accueillir fin 2015 l'important sommet international sur le changement climatique, dit COP21.
Pendant près de 4 mois, de drôles de vélos de 3 et 4 places, symbolisant la transition écologique et la solidarité, traversent ainsi 187 territoires différents de 6 États européens. Ils portent le message de l'urgence climatique et font la promotion des alternatives concrètes permettant de freiner le dérèglement climatique en cours. Car c'est la bonne nouvelle !
Ces alternatives sont nombreuses, dans tous les domaines (alimentation et agriculture, habitat, transports, énergie, économie, emplois, collectivités locales etc.). Non seulement elles permettent de réduire les émissions de gaz à effet de serre responsables du changement climatique mais elles contribuent à créer une société plus humaine, plus soutenable, plus juste et solidaire, en un mot plus désirable.
Le Tour Alternatiba arrivera chez nous le 3 septembre à 19h et nous appelons la population à assister nombreuse à l'arrivée d'étape qui aura lieu au jardin du Musée de l'Abbaye Sainte Croix aux Sables d'Olonne..
 
Nous appelons en outre tous vos adhérents et sympathisants, ainsi que tous ceux et celles qui veulent apporter leur part, modeste mais indispensable, à la mobilisation citoyenne pour le climat, à se joindre -en vélo, en skate ou en rollers- aux 5 derniers km de cette étape du Tour Alternatiba. Un rendez-vous est fixé à 18h à Olonne sur Mer sur le parking du complexe sportif rue Léo Lagrange pour tous ceux et celles qui veulent aider à en faire l'arrivée la plus collective, colorée et remarquée possible aux Sables d'Olonne.
Une réunion d'information ouverte à toutes et à tous, aura lieu le jeudi 18 juin à 19h à OlonnEspace, allée des Aulnes à Olonne sur Mer.
Ensemble, nous pouvons relever le défi climatique tout en construisant un monde meilleur ! Tour Alternatiba, la transition est là !
Pour le Collectif
Jean-Paul Clermont
Secrétaire bénévole du MAN Vendée,
référent du Tour Alternatiba pour l'étape des Sables d'Olonne
tél. 06 11 68 24 04

03/06/2015

petit rappel Fête de la Laîcité

  •  Le samedi 6 juin conférence du président de la Ligue des droits de l'Homme
  • Daniel Boitier, à la salle Virginie de l'amicale laïque des Sables à 20h30.
  • • Enfin le samedi 13 juin le Forum des associations laïques, humanistes et
  • humanitaires ouvrira ses stands à partir de 13h sur l'esplanade du Tribunal face au    remblai des Sables.

nous, ...le savions ! Pillage surement !

. Que les plus riches ne sont pas seulement ceux qui s’enrichissent le plus. Ils sont pratiquement les seuls à le faire. Les 40% du bas de l’échelle n’ont pas du tout bénéficié de l’accroissement des richesses produites ces dernières décennies. Cette réalité s’est encore aggravée avec et depuis la crise, avec le chômage, l’augmentation des emplois à temps partiels, la régression des revenus d’activités et des transferts sociaux.

Evidemment cela a de quoi inquiéter les libéraux. C’est toute la justification de l’enrichissement des riches par leur contribution à l’enrichissement de tout le monde qui tombe à l’eau.

02/06/2015

La Fête des voisins ..pendant tout le mois ?

inauguration du Jardin Odette Roux


Inauguration du jardin Odette Roux.
 Première femme Maire des Sables d'Olonne en 1945. Féministe, communiste et résistante, Odette Roux est une grande figure des Sables d'Olonne et de la Vendée. Beaucoup de monde à cet hommage festif et émouvant tellement mérité.

Ségolène Royal avant le sommet Caraïbes Climat 2015. Place de la Savane à Fort-de-France, Martinique, samedi 10 mai 2015 .

Ségolène Royal : Les négociations de l’ONU sont totalement inadaptées à l’urgence climatique. En privé, tout le monde le dit, tout le monde en est parfaitement conscient, mais la lourdeur du processus est telle qu’il se poursuit comme si de rien n’était. J’ai participé au sommet de la Terre de Rio, au Brésil, en 1992. J’ai l’impression que l’on remet chaque fois à l’année suivante les décisions à prendre. Pourtant, lorsqu’il y a une urgence dans une entreprise, on se met à négocier sans attendre un rendez-vous institutionnel un an plus tard ! Ce décalage entre la procédure onusienne et l’urgence climatique commence à poser un réel problème et à exaspérer les pays les plus fortement victimes du dérèglement climatique.
En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/planete/article/2015/06/01/segolene-royal-les-negociations-de-l-onu-sont-totalement-inadaptees-a-l-urgence-climatique_4644359_3244.html#iDYt4XdHc5bcCkcI.99
»




http://www.lesechos.fr/journal20150528/lec1_france/02189983228-emploi-les-regions-qui-repartent-celles-qui-patinent-1123023.php

Région Pays de Loire : 3éme pour la création nette d'emploi !

Christophe Clergeau

Notre région classée 3ème pour la création nette d'emplois ! Le dynamisme des Pays de la Loire ne se dément pas : des entreprises innovantes, des savoir-faire uniques, le travail collectif, des femmes et des hommes de talent qui chaque jour apportent force et élan à notre territoire ! Cette belle énergie, créatrice de richesses et d'emplois, je souhaite l'encourager, l'accompagner et bien sûr la développer. Ensemble, nous avons la capacité d'impulser une dynamique qui profite à tous !
À lire sur le site Les Échos
: http://www.lesechos.fr/…/02189983228-emploi-les-regions-qui…

tirer les conséquences !

 

 

Après le refus de fusionner rapidement, le président de l'intercommunalité doit "tirer les conséquences" pense l'opposition castelolonnaise. Elle appelle à une agglomération. Et reproche de rater des subventions.
« Quand on tape du poing sur la table pour une fusion avant la fin de l'année... Et que c'est un échec, il faut en tirer les conséquences... » Lesquelles ? « Si c'était moi, je démissionnerais », répond Anthony Pitalier. Le conseiller municipal d'opposition de gauche au Château-d'Olonne, désormais candidat aux élections régionales après les départementales, lance une charge contre le député-maire d'Olonne, Yannick Moreau, président de la communauté de communes.
Le Château a refusé, récemment, d'accélérer le processus d'union des trois communes, comme le suggérait Yannick Moreau, pour bénéficier du maintien des dotations de l'État. « Nous soutenons la position du maire du Château-d'Olonne, appuie Anthony Pitalier. Je ne signe pas un chèque en blanc. Il faut d'abord bâtir un projet économique, touristique, culturel, sportif... La fusion pour la fusion ne vaut pas grand-chose. Et quand on ne propose pas de programme, ça échoue. »
La gauche, comme le maire du Château et les oppositions voisines, souhaite une consultation de la population. « Il faut plus de démocratie, de dialogue, de transparence. »
Un million d'euros sous le nez
L'accélération de la fusion aurait pu faire gagner six millions d'euros, avait calculé Yannick Moreau. Selon Anthony Pitalier, par ailleurs attaché parlementaire, le « territoire » a aussi perdu un million. En ne postulant pas au programme Leader, financé par la Région et l'Europe, en faveur du développement économique. « Il y a eu une assemblée des territoires récemment. Nous sommes les seuls, en Pays de la Loire, à ne pas avoir fait de demande. Pourquoi ? Parce qu'on n'a pas de projet ? »
Le conseiller communautaire critique la hausse récente de la taxe d'habitation intercommunale et l'achat d'un bâtiment pour agrandir le siège social, pour 650 000 €.
Enfin, Anthony Pitalier appelle désormais, comme, notamment l'association Vivre Les Sables (Ouest-France de jeudi), à se concentrer sur la perspective d'une communauté d'agglomération. « La loi « Notre », sur l'organisation territoriale, va fixer un seuil qui obligera les communes d'Auzance et Vertonne à se retourner vers d'autres collectivités, d'ici 2017. Cela change tout. »
Les maires des six communes disent se retrouver une fois par mois, avec celui de Saint-Mathurin, actuellement membre des Achards. « Il n'y a aucune transparence, regrette Anthony Pitalier. Pourquoi la population n'est-elle pas informée de l'avancée de ces discussions ? On n'a plus confiance. » Pour l'élu, « il faut y travailler activement. Définir les futures compétences de cette agglomération. Et ensuite, voir si l'union des trois communes a toujours un sens ».

Archives du blog

Qui sommes nous ?

Ma photo
Château d'Olonne, Vendée, France
Camus disait : "Rien n'est vrai qui force à exclure "