CONSTRUIRE L'AVENIR ENSEMBLE
 

27/01/2011

La FCPE communique




L'Inspecteur d'Académie de Vendée reçoit les maires de l'arrondissement de Fontenay le Comte jeudi 27 janvier à 18h au collège Tiraqueau (http://www.ia85.ac-nantes.fr/1295852969709/0/fiche___actualite/&RH=IA85) pour préparer la rentrée scolaire 2011.

Dans ce cadre, et afin de dénoncer la dégradation croissante du service public d'éducation, le SNUipp-FSU et la FCPE appellent conjointement à un rassemblement devant le collège Tiraqueau (Fontenay le Comte), à 17h30.

Une distribution de tracts (cf ci-joint) sera faite aux maires et une conférence de presse se tiendra.

Nous comptons sur vous pour diffuser ce message et venir grossir les rangs jeudi.


Plus d'informations sur la préparation de la rentrée 2011 en Vendée : http://85.snuipp.fr/spip.php?article725.

26/01/2011

APNO

première sortie nature de l’année 2011


observation des oiseaux à Talmont St Hilaire avec la LPO et d’André Barzic

Rendez-vous le dimanche 30 janvier 2011 : 9h15 à 9h30

- covoiturage possible

- parking de l’Institut Sport Océan, lac de Tanchet, Sables d’Olonne.

Renseignements tel 02 51 90 72 89 après 19 h

et aussi




PLNPLNE

association Pays de la Loire

Nature Environnement


JOURNÉE D'INFORMATION


La méthanisation des effluents d'élevages :

Quel avenir sur nos territoires ?


Vendredi 28 janvier 2011 de 9h30 à 17h
Salle de la Cheverière
Lieu-dit La Cheverière
LA BOISSIERE DE MONTAIGU (85)


Pré- Programme
9h30 Accueil des participants

9h45 – 10h Introduction de la journée
Miguel GARCIA et Xavier METAY - PLNE

10h – 11h30 La Méthanisation : généralités, le process technique et les différents produits
méthanisables, les critères de faisabilité d'un projet, l'état des lieux dans l'Ouest de la France Armelle DAMIANO - Association AILE

11h30-11h45 Intérêts et limites de la méthanisation des effluents d'élevages - Jacques JUTEL

11h45 – 12h30 Échanges avec la salle

12h30 – 14h Déjeuner en commun (une participation de 10 euros vous sera demandée)

14h30 – 16h30 Visite d'une installation de méthanisation agricole au GAEC du Bois Joly sur la
commune de La Verrie

16h30-17h Clôture de la journée


Inscription préalable auprès de Pays de la Loire Nature Environnement
14 rue Lionnaise
49100 ANGERS
tel : 09 61 48 78 02
paysloirenatureenvironnement@gmail.com
PLNPLNE – association Pays de la Loire
Nature Environnement
PLAN ACCES
Salle de la Cheverière
Lieu-dit La Cheverière
LA BOISSIERE DE
MONTAIGU (85)







Les Cantonnales sur les Olonnes- petite histoire


Il y a d'abord eu les élections municipales et la création de listes nouvelles , dont les colistiers appartenaient à des horizons différents depuis la planète gauche -à celle de s Verts .
Alors , dans nos trois principales villes se sont mises à vivre des associations citoyennes politiques regroupant tous les acteurs d'opposition.
Leurs buts : travailler autrement et préparer une relève pour les prochaines municipales.

Les sites :
l
Alternative citoyenne :http://auchateaudolonne.blogspot.com/
Autrement les Sables : http://autrementlessables-agsc.fr/
Olonne ambitions : http://olonne-ambitions.fr/

Puis, les élections Régionales , avec une liste réunie au second tour , ont permis à l'électorat de la Gauche élargie de Vendée, de relever la tête.

Dans le foulée, les cantonales, fortes du succès de l'expérience passée vont se dérouler d'entrée de jeu avec deux candidats dont le titulaire est de l'EE-LV et le suppléant du PS

Les accords une fois passés avec les fédérations respectives, il a été convenu de mener cette campagne avec un leader d'Europe Ecologie - les Verts, et une suppléante PS.

Voilà donc Laurent Akriche, jeune candidat titulaire , et martine Girou- Guyot suppléante ,en lice pour ces cantonales .

Vous recevrez bientôt les informations , mais je peux déjà vous dire :
qu' une réunion de campagne a déjà eu lieu hier au soir , et qu'une conférence de presse est projetée pour la semaine prochaine.

Ah Les Banques et le système capitaliste débridé !


envoyé par Christian L .

Eric Cantona, les banques et nous


Guillaume Duval, rédacteur en chef d’Alternatives Economiques
Article Web - 02 décembre 2010
i

Le 7 décembre prochain, l'ex-footballeur Eric Cantona et 23 000 personnes annoncent vouloir retirer leur argent des banques. Leur colère face à l'impudence des financiers est certes pleinement justifiée, mais dans le contexte actuel une telle initiative risque surtout d'ajouter de la crise à la crise.

S'appuyant sur une interview donnée en octobre dernier par le footballeur Eric Cantona à Presse Océan, les animateurs du site Bankrun2010 appellent les citoyens à retirer leur argent des banques le 7 décembre prochain afin de faire s'écrouler « un système criminel, corrompu et mortifère ». L'écho que rencontre cet appel traduit l'exaspération qui s'est emparée à juste titre du public au vu des dégâts considérables causés par la finance dérégulée et de l'arrogance post-crise de financiers visiblement incapables de se réformer. Mais dans le contexte européen actuel, ajouter de la crise à la crise risque davantage d'aggraver la situation des citoyens ordinaires que de punir les banquiers.

De bonnes raisons d'en vouloir aux banques

Les dégâts suscités par le fonctionnement actuel de la sphère financière sont apparus au grand jour avec l'écroulement de la banque d'affaires Lehman Brothers il y a deux ans. Alors que les dirigeants de la finance justifiaient leurs rémunérations abracadabrantesques par la sophistication des opérations qu'ils menaient, on s'est alors rendu compte qu'eux-mêmes, bien souvent, ne comprenaient pas les risques associés aux produits qu'ils achetaient et vendaient. Quant aux services éminents qu'ils étaient supposés rendre aux acteurs de l'économie réelle, non seulement leurs exigences de rentabilité démesurées à court terme désorganisaient déjà en temps ordinaire les entreprises mais en plus la crise déclenchée par leur cupidité sans borne a entraîné la plus grave récession depuis 1929.

Du coup, pour éviter qu'elle ne se transforme en une dépression plus profonde, il a quand même fallu les renflouer à coups de centaines de milliards d'euros d'argent public. Moyennant quoi, à peine l'orage calmé, ils se sont remis à se verser des bonus fantastiques, comme si de rien n'était. Et aujourd'hui ils se permettent d'exiger des gouvernements qui les ont tirés d'affaire la mise en œuvre de plans d'austérité toujours plus sévères, pesant surtout sur les plus modestes, pour apurer les dettes que leurs bêtises ont entraînées. De quoi en effet leur en vouloir sérieusement…

Les risques du bank run

Mais est-ce pour autant une raison pour ajouter les effets d'une « ruée sur les banques », un « bank run » comme disent les Anglo-Saxons, à la grave crise qui sévit actuellement dans la zone euro autour des dettes publiques grecque, irlandaise, portugaise, espagnole… ? Les initiateurs de cet appel ont raison sur un point : le « bank run » peut être un moyen très efficace pour faire s'écrouler le système financier. L'activité des banques se caractérise en effet par une asymétrie : les dépôts qui figurent dans leurs comptes au passif, qui sont des dettes à votre égard, vous sont théoriquement accessibles. Alors que ces sommes correspondent, à l'actif des banques, à des crédits qui sont accordés pour financer des prêts consentis le plus souvent pour plusieurs années (pour acheter une maison, une voiture…). Autrement dit, elles ne disposent pas réellement de l'argent correspondant aux montants figurant sur vos relevés de comptes.

En temps ordinaire ce n'est pas un problème : les flux entrants des gens qui déposent de l'argent s'équilibrent à peu près avec ceux des gens qui veulent effectuer des retraits. Mais si un nombre significatif de personnes veulent effectuer des retraits en même temps, la banque n'est très rapidement plus en état de répondre à leurs demandes. Du coup, le phénomène s'autoaccélère, car les autres craignent alors que la banque ne tombe en faillite et tentent de récupérer leur mise tant qu'il est temps… Ce phénomène a été à l'origine de la plupart des graves crises bancaires qui ont affecté tous les pays industrialisés aux XIXe et XXe siècles.

Depuis la crise de 1929 cependant, on était parvenu à éviter le retour des paniques bancaires, notamment en instituant une garantie publique des dépôts, dont le niveau a d'ailleurs été relevé un peu partout depuis deux ans. Si bien que, même s'il rencontrait un certain succès, l'appel « Bankrun2010 » n'aurait sans doute pas toute l'efficacité que lui souhaitent ses initiateurs. Et heureusement. En effet, si le système financier s'effondrait vraiment comme Bankrun2010 le voudrait, les dirigeants de la finance et les traders se retrouveraient certes au chômage, mais ils seraient loin d'être les seuls dans la difficulté. Car, comme cela a failli être le cas déjà après la faillite de Lehman Brothers, c'est toute l'économie réelle qui se trouverait très rapidement paralysée…

Monnaie : attention fragile

Nous vivons dans des sociétés largement fondées sur la monnaie et les relations monétaires entre les hommes et les femmes qui les composent. Des relations monétaires et non pas seulement marchandes : le fonctionnement des services publics et le versement des prestations sociales dépendent eux aussi de l'existence d'un système financier en état de marche… Depuis que nous avons renoncé à l'étalon-or, la valeur de cette monnaie ne repose plus que sur la confiance que nous lui accordons ainsi qu'à ceux qui la créent et la gèrent. La crise actuelle montre à n'en pas douter que ces personnes et ces institutions ont trahi la confiance que nous leur faisions.

Il convient d'en tirer toutes les conséquences à travers des réformes profondes à la fois dans les institutions financières elles-mêmes et chez ceux censés les surveiller. Et, à bien des égards il y a lieu d'être inquiet des retards et des reculs encaissés sur la voie de cette réforme depuis deux ans. Pour relancer le processus, il faudrait une mobilisation citoyenne plus forte. De nombreuses initiatives ont déjà été lancées dans le but de transformer en profondeur la finance. Sans prétention à l'exhaustivité citons notamment le combat pour développer les différentes formes d'épargne solidaire (voir à ce sujet le hors série poche d'Alternatives Economiques réalisé en partenariat avec Finansol), la bataille pour obliger tous les investisseurs à utiliser des critères sociaux et environnementaux dans leurs choix de placements (on verra avec profit le film qui est en salles actuellement Moi, la finance et le développement durable qui traite de ces questions), les actions pour surveiller les banques et leurs politiques d'investissement comme celles menées en France par les Amis de la Terre et à l'échelle internationale par le réseau Bankwatch, les multiples mobilisations lancées contre les paradis fiscaux avec l'énorme travail effectué à l'échelle internationale par le Tax Justice Network ou en France avec la pétition Stop aux paradis fiscaux, sans oublier l'appel lancé par un groupe de députés au Parlement européen en faveur de la création d'un Financewatch européen, un groupe de pression qui soit en mesure de contrecarrer l'action pernicieuse des lobbies financiers sur les institutions européennes…

Bref, les initiatives citoyennes intéressantes ne manquent pas et elles auraient grand besoin de renforts afin de peser davantage face aux lobbies de la finance qui poussent au retour au business as usual après la crise. Mais, dans le contexte actuel de l'Europe, cette mobilisation ne devrait pas prendre la forme d'une action qui risque de miner davantage encore la confiance fragile dans notre monnaie commune. Si celle-ci était réellement remise en cause, les citoyens ordinaires risqueraient en effet de le payer beaucoup plus cher encore que les banques et les banquiers…


Guillaume Duval, rédacteur en chef d’Alternatives Economiques
Article Web - 02 décembre 2010

23/01/2011

le groupe d'opposition de Gauche Ouverte au Château d'Olonne

certains l'auront lu cette semaine dans la presse locale:
la liste de gauche du Château d'Olonne menée par Alain Guyot et Laurent Taraud , soutenue à la grande majorité par les adhérents d'Alternative Citoyenne, association déployant un éventail de gens , de la Gauche élargie à 'Europe Ecologie, , se sépare des colistiers de Cap Vrai.

Trop de différences dans l'appréhension des problèmes existants, trop de différences dans la manière de mener les actions .. ce n'était pas nouveau, l'équilibre était par trop fragile et le respect de la règle fixée empêchait la gauche de prendre son temps de parole .ou ...de le garder.l

Cette décision avait été envisagée en juin 2010..mais reportée au souhait d'une minorité du groupe.
Maintenant c'est fait !

info conso.

Action de groupe : le coup du boomerang

http://feeds.feedburner.com/consommateur-si-tu-savaisLink to Consommateur, si tu savais...


Posted: 18 Jan 2011 05:18 AM PST

boomerang

Alors qu’Hervé Novelli avait impitoyablement renvoyé dans les limbes le projet d’action de groupe pour les litiges civils (consommation, concurrence, etc.) et que Christine Lagarde l’avait enterré, voilà que le sujet revient comme un boomerang sur la scène politique.

La semaine dernière, les députés ont fait une petite surprise au garde des Sceaux, Michel Mercier. Au cours de la discussion du projet de loi relatif au Défenseur des droits, ils ont voté –contre l’avis du ministre– la création d’une « action collective devant la juridiction administrative au profit du Défenseur des droits ».

En clair une première esquisse d’action de groupe là où on ne l’attendait pas : le domaine administratif ! En parallèle, deux propositions de loi en faveur d’une action de groupe pour les consommateurs ont été déposées au Sénat…

Bref, si le gouvernement entend enterrer la réforme, les parlementaires refusent de clouer le cercueil et entendent bien ranimer la moribonde !

13/01/2011

mise en danger de notre santé,

Procès pour abus caractérisé de pesticides !

Pour la première fois dans l’histoire, des pomiculteurs sont traînés en justice pour ne pas avoir respecté les strictes conditions d’épandage de pesticides. Une voisine, une association de riverains et Générations futures ont porté plainte, le procès doit s’ouvrir jeudi 13 janvier devant le tribunal correctionnel de Brive. Un procès sur lequel repose de nombreux espoirs et qui pourrait faire jurisprudence…

Procès pour abus caractérisé de pesticides !
Le procès de trois pomiculteurs accusés d'avoir épandu des pesticides dans des conditions contraires à la loi s'ouvre jeudi 13 janvierCrédit photo : © ermess - Fotolia.com

La loi est claire : l’épandage de pesticides ne doit avoir lieu si la force du vent dépasse les 19 km/h. Or, les 24 et 26 mars derniers, trois pomiculteurs d’Allassac, au nord de Brive-la-Gaillarde, en Corrèze, n’ont pas respecté ces conditions. A ces deux dates, le vent soufflait à respectivement 35 et 33 km/h. Les pesticides se sont alors répandus, soumettant ainsi la population environnante à un danger avéré. Le lien entre l’utilisation de pesticides et la recrudescence de cancers, en premier lieu chez les agriculteurs eux-mêmes, n’est plus à prouver (voir Chlordécone : un scandale sanitaire éclabousse le ministère de l’Agriculture).

ET AUSSI...

« On en avait marre de voir les façades de nos maisons aspergées de pesticides, de se faire arroser en se promenant dans les chemins » déplore à 20minutes Fabrice Micouraud, vice-président de l’association Allassac-ONGF (Œuvrons pour les générations futures). S’ils ont porté plainte, ce n’est pas tant contre les pomiculteurs, mais plutôt pour briser l’immobilisme des pouvoirs publics. « La plupart d’entre eux sont conscients du problème et certains aimeraient sortir de ce système mais ils ne peuvent pas en l’absence de volonté des instances dirigeantes », poursuit-il, excédé (voir Jardiniers, apprenez à vous passer de… pesticides !).

Epandre pour survivre !

A Allassac, de nombreux habitants souffrent de pathologies liées aux pesticides. Et Fabrice Micouraud milite depuis une dizaine d’années pour faire évoluer la situation. Rien n’y fait. Ce procès aura donc le mérite de mettre en lumière un fléau de santé publique, bien maigre au regard des économies réalisées grâce aux pesticides. C’est tout le système qu’on accuse donc : la surproduction qu’exige la filière oblige les producteurs à épandre toujours plus de pesticides pour améliorer la rentabilité de leur affaire. Au détriment de leur propre santé et de celle de leurs voisins.

L’avocat spécialisé en droit de l’environnement, Stéphane Cottineau, avoue à l’AFP qu’il attend que ce cas fasse jurisprudence et se réjouit que le procès « puisse mettre l’accent sur la dangerosité de ces produits dont bien souvent les victimes sont les professionnels eux-mêmes » (voir Pesticides : ils sont dangereux, c’est sûr).

Pour prendre conscience des dégâts causés par les pesticides, consultez la vidéo en cliquant ici

Albane Wurtz

10/01/2011

reprenons la main sur notre vie

envoie d'Anne marie ,

il est intéressant de voir réaffirmer que le mental joue un rôle dans le maintien de la santé

Mais il faut aussi parallèlement penser aux facteurs agressifs ..


il est quand même aussi de plus en plus difficile de lutter contre l'empoisonnement lent, quotidien , par des produits toxiques , incontournables , présents dans notre alimentation, dans notre hygiène, dans ce que nous respirons...

ou alors il nous faut réagir et "boycotter" ces produits, entrer en résistance pour sauver notre santé attaquée mais aussi préserver celle de nos enfants.
c'est un sacré boulot !


à vos clics

http://www.lalibertedelesprit.org/




je connais une recette pour cette nouvelle année !
prendre des attitudes positives, de rencontres, d'échanges, d'entraides, de bien être ...
des engagements sereins politiques, associatifs, amicaux
un zeste de bien manger, un zeste de câlins, (important les câlins !)
un animal pour l'échange peluche ..des livres.un chouïa de bon vin
fuir les importuns ou les suceurs d'énergie, les raconteurs d'histoires négatives et tordues
j'en oublie plein....mais c'est déjà un bon programme pour s'aider à rester intègre physiquement .
mais vous avez surement d'autres
à vos claviers je suis à l'écoute

martine

06/01/2011

en ce nouvel an ..

En ce nouvel an , offrons nous un cocktail de résistances et indignons nous !

Archives du blog

Qui sommes nous ?

Ma photo
Château d'Olonne, Vendée, France
Camus disait : "Rien n'est vrai qui force à exclure "